L’inconnue du quai – Mary Kubica

l-inconnue-du-quaiPrésentation :

La première fois que je l’aperçois, elle se tient sur le quai bondé de la gare de Fullerton, à Chicago. Il fait un froid à vous glacer les os, il pleut à verse. Elle serre un bébé dans ses bras. Rien ne les abrite. Quelques jours plus tard, elle est de nouveau là. Aussi fragile. Cette fois, je l’aborde/vais lui parler. Sans trop savoir pourquoi. Ni où tout cela va me mener…
Hantée par l’image de cette jeune sans-abri et de son bébé, Heidi néglige l’avis de son mari et l’hostilité de sa fille : elle ouvre sa maison à l’inconnue du quai. Qui est vraiment Willow ? Mutique, vulnérable, a-t-elle quelque chose à voir avec l’inquiétante Willow Greer, dont le compte Twitter est plein de conseils macabres sur le suicide ?
Peu à peu, la présence de l’inconnue dans la maison agit comme un révélateur des fissures familiales…

Mon avis :

J’ai lu ce roman sur les conseils d’une collègue avec laquelle je partage pas mal de goûts question lecture. Elle m’en a parlé de façon assez enthousiaste et le pitch qu’elle m’en a fait m’a tout de suite interpellée. Comme le hasard fait bien les choses, je devais passer chez Cultura le soir même et ce livre s’est (bizarrement) trouvé sur mon chemin. Allez lutter, vous…

Je ne regrette absolument pas ce jeu du destin (haha). J’ai directement accroché à cette lecture. On se met à la place de Heidi, surtout quand on travaille dans le domaine social soi-même, sans toutefois parvenir à se décider de ce qu’on aurait fait à sa place : accueillir ou non cette jeune fille et son bébé, avec tous les risques que cela comporte, mais face aussi au cas de conscience de les laisser seules dehors sous la pluie ?… Difficile…

On se demande tout au long du roman qui est Willow, d’où vient-elle, que lui est-il arrivé ? L’alternance des chapitres axés sur les différents points de vue permet peu à peu de connaître son histoire, mais là encore en restant un peu entre deux états d’esprit sur son cas.

Concernant Heidi et sa famille, la façon de les percevoir est un peu plus claire, mais en même temps on les comprend aussi… Et leur cheminement est bien amené. Cela va peut-être un peu loin à certains égards, mais pourquoi pas.

En tout cas, j’ai dévoré ce roman rapidement. Il a ses mystères, sur l’histoire des personnages et leur psychologie, ce que j’aime généralement bien. On n’est pas dans du thriller « tueur en série » mais le suspense est là aussi. Sur fond de solidarité, de maternité, d’histoires de familles… qui sont également des thèmes qui me parlent en général. Bref, une bonne lecture.

Publicités

Emprunts médiathèque – BD et illustré

Je reprends depuis quelques semaines maintenant le chemin de la médiathèque, même si c’est pour le moment plutôt pour des livres utiles pour le boulot, que pour emprunter des romans, comme je suis plus axée sur le fait de faire baisser ma PAL personnelle. Mais je jette quand même parfois un oeil quand le temps me le permet ; temps qui m’a laissé l’occasion de me pencher sur deux petits ouvrages lors de ma dernière visite.

La petite mort, Davy Mourier

couv39153518[1].jpgJ’avais vu cette BD à de nombreuses reprises sur des blogs et sur Youtube et j’étais bien tentée. Quand je l’ai vue à la médiathèque, donc, je me suis dit que c’était l’emprunt idéal pour le temps de prendre un café en terrasse en bord de Seine.

J’ai passé un très bon moment et j’ai bien apprécié ces petites touches sympas d’humour noir autour de cette « petite mort » qui va à l’école et s’initie à son destin professionnel en même temps. Je continuerai la suite de cette série de BD quand l’occasion se présentera (idéalement avec mes prochaines visites à la médiathèque).

Cessez d’être gentil, soyez vrai ! (version illustrée)

51qfgwmpywl-_sx329_bo1204203200_

Je ne sais plus quand j’avais pris connaissance de ce livre mais il était en tout cas dans ma wishlist, même si ça n’était pas à la base dans sa version illustrée. Mais c’est celle-ci qui était disponible et que j’ai donc empruntée.

Je ne suis pas mécontente que ça n’ait été qu’un emprunt car je n’ai pas appris grand chose par cette lecture. Des conseils sont donnés en lien avec la Communication Non Violente (CNV) et parfois avec la PNL (programmation neurolinguistique), mais j’avais déjà rencontré ces notions par d’autres lectures et même lors de certaines formation en management. Cela peut être sans doute une bonne façon de prendre connaissance de ces concepts, et la version non illustrée est aussi peut-être plus complète… je ne sais pas mais j’avoue que je n’irai du coup pas vérifier par moi-même. Une bonne manière quand même d’apprendre à se recentrer sur soi et également mieux comprendre les autres, ça reste intéressant.

D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

vigan-renaudot-audiolibPrésentation :

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

PRIX RENAUDOT 2015

Mon avis :

J’ai découvert ce roman en livre audio et il m’a permis de passer agréablement mes trajets en voiture pendant plusieurs semaines, chaque fois avec hâte de connaître l’évolution des personnages que l’on suit.

Delphine, après le succès de son dernier livre, connaît une période creuse dans sa vie d’écrivain. Au cours de cette phase de relative fragilité, elle va rencontrer L. à l’occasion d’une soirée chez une amie. On se doute très vite que cette rencontre va avoir une mauvaise influence sur sa vie et on devine le côté pervers narcissique qui va se dessiner, le vampirisme de L. qui va totalement isoler l’auteure. J’ai trouvé que cela était très bien retranscrit tout au long de la lecture, avec l’évolution des doutes de Delphine et le changement de ses considérations vis à vis de L. L’aspect psychologique de l’intrigue m’a beaucoup plu et être à la frontière entre réalité et fiction, sur les différents plans de la lecture, des personnages, du roman lui-même, m’a vraiment accrochée.

J’ai beaucoup aimé écouter ce livre, tant sur son contenu que sur sa lecture en tant que telle (important pour un audiobook).

Tout pour plaire – Ingrid DESJOURS

couv19681355Présentation :

Rien n’est plus suspect qu’une personne qui a tout pour plaire.
Voila, vous y êtes. Arrivés au point de rupture.
Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu’une belle et brillante jeune femme n’a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ca, sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu’un séducteur avide de pouvoir n’a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques.
Oui les ragots vont bon train.
Alors quand s’installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s’échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n’arrange rien.
Bien au contraire.
Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d’un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus.
Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture…

Mon avis :

Déborah est une belle jeune femme mariée à David, homme sûr de lui et qui connaît une réussite professionnelle accomplie. Toutefois, les apparences ne sont-elles pas trompeuses ? Leur voisine notamment, pense que Déborah est battue par son mari. Il y a de quoi déjà nous mettre le doute.

Puis débarque Nicolas, le frère de David, avec sa petite fille, qui vont loger quelques temps chez le couple car sa femme a disparu. Là encore, beaucoup de questions : est-il responsable ? pourquoi revient-il après des années de silence ? que cherche-t-il ?

La cohabitation, ainsi que l’enquête, vont dévoiler des éléments peu à peu, semer le doute sur l’un puis sur l’autre des personnages au fil des pages.

J’ai beaucoup aimé cette lecture axée sur la psychologie des personnages. C’est vraiment ce que je préfère dans les thrillers. Ici, nous balançons un coup vers l’un, un coup vers l’autre, sans vraiment parvenir à se fixer sur la culpabilité ou l’innocence de chacun. On s’attache puis on hait tour à tour. J’ai trouvé l’ensemble équilibré jusqu’au bout et je me suis laissée promener par ce thriller.

J’accroche bien à cette auteure, dont j’avais déjà lu Sa vie dans les yeux d’une poupée et Les fauves, que j’avais tous deux très appréciés. Je continuerai à découvrir ses écrits.

Sa vie dans les yeux d’une poupée – Ingrid Desjours

41bX5rjYRbL._SX195_[1] Présentation :

Deux écorchés vifs. Deux rêves de seconde chance. Un regard pour renaître…

Provocateur, cynique et misogyne, Marc est affecté à la brigade des moeurs après un grave accident.
Quand, dans le cadre d’une enquête, il croise la douce Barbara, le policier est troublé par son regard presque candide, touché par cette fragilité que partagent ceux qui reviennent de loin. Ému. Au point de croire de nouveau en l’avenir.

Mais il est aussi persuadé qu’elle est la pièce manquante, le pion à manipuler pour démasquer le psychopathe qu’il traque.
Et s’il se trompait ?
Le pire des monstres est parfois celui qui s’ignore, quand bien même il rêve sa vie dans les yeux d’une poupée…

Mon avis :

J’ai acheté ce livre pour me dépanner lorsque nous avons prolongé nos vacances en avril et que je n’avais plus rien à lire. J’en avais lu d’excellents avis. Je ne l’ai finalement pas lu tout de suite comme ça a (comme d’habitude) été chargé, mais une fois commencé, je l’ai lu d’une traite.

Barbara est une jeune femme très fragile qui va subir un nouveau traumatisme, qui va être le déclencheur d’un totalement bouleversement.

Des hommes vont subir des atrocités et la course pour retrouver le coupable de ces barbaries doit se faire vite. Marc est chargé de cette enquête et il n’en sortira pas sans s’y investir pleinement.

J’ai beaucoup aimé cette lecture et le côté très psychologique des choses. L’évolution des comportements est fascinants, les horreurs subies par les différents protagonistes vraiment chargées, les avancées présentées subtilement malgré toute la noirceur des faits. J’ai vraiment adoré suivre les personnages et l’enquête.

Ce roman nous plonge profondément dans la noirceur, dans les travers humains et dans les défaillances psychologiques qu’ils peuvent traverser. Je le conseille pleinement !