Mon amour, – Julie Bonnie

couv52656776Présentation :

« Nous ne nous sommes rien dit. Tess a pris toute la place. Puis tu es parti en laissant entre nous un vide silencieux. Tu sais bien faire ça. Ce que tu choisis d’ignorer disparaît. Si on n’en parle pas, ça n’existe pas. Tu dis qu’il ne faut pas se gâcher l’existence. Tu as raison. Nous gardons la tête haute en nous aimant sans parasites. La trotteuse tremblote, sautille, et continue de tourner en rond. Je suis immobile. Au moindre mouvement, quelque chose va commencer et j’ai l’intuition qu’il vaudrait mieux que tout s’arrête. »
J. B.

Un homme et une femme s’écrivent. Ils s’aiment, elle vient d’accoucher de leur enfant et lui, pianiste, est parti en tournée. Passion amoureuse, fusion maternelle, engagement artistique s’entremêlent et s’entredévorent tandis qu’un autre homme entre en jeu. Au fil des lettres et de l’inéluctable chassé-croisé amoureux, chacun se découvre livré à sa solitude.

Mon avis :

Ce petit roman m’avait tapé dans l’oeil à la librairie, et de par sa taille il était parfait entre deux lectures plus imposantes. Le côté épistolaire, ainsi que le thème de l’amour à distance me tentaient fortement par ailleurs.

Effectivement, on va suivre ce couple qui doit traverser l’épreuve de la distance pour un mois, quand l’homme par en tournée musicale, alors que vient de naître le premier enfant du couple. C’est très difficile à vivre, mais surtout pour la femme qui se retrouve seule avec cette nouvelle position de mère, ses doutes, sa fatigue aussi. Lui semble beaucoup moins attaché à sa famille, ou en tout cas plutôt quand ça l’arrange ; je l’ai trouvé assez antipathique, je ne l’ai pas vraiment compris. Du coup, cela a un peu freiner mon attachement au couple et à ses échanges.

J’ai trouvé que voir apparaître des lettres de personnes qui croisent la vie de ce couple peu à peu, comme ils rentrent dans leur vie, était intéressant et renforçait le portrait des personnages et du coup l’appropriation de leur situation.

J’ai donné 14/20 à cette petite lecture par laquelle je m’attendais à être davantage touchée.

Publicités

L’adoption, tome 1 : Qinaya – Zidrou & Arno Monin

P9782818936030résentation :

L’amour ne se vole pas. L’amour ne s’achète pas. L’amour se mérite.

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Mon avis :

J’avais vu des avis positifs sur cette BD et elle était aussi étiquetée comme telle à la librairie. Alors, comme l’occasion se présentait, je me suis laissée tenter. Il faut dire que le style de dessin qui apparaît dès la couverture me plaît déjà beaucoup. C’est le cas à travers toute cette BD.

L’histoire elle aussi m’a totalement embarquée. Je me suis attachée tout de suite à cette petite fille ainsi qu’à sa famille. J’ai notamment beaucoup aimé le couple de grands parents et leurs relations avec la petite.

Je ne sais pas dire beaucoup d’autres choses sur cette BD sans en dévoiler trop, mais vous pouvez à mon avis sans crainte vous diriger vers cette lecture très touchante et avec ses surprises. J’ai terminé le coeur serré et j’ai vraiment hâte de découvrir la suite.

qinaya