Room – Emma Donoghue / livre et film

couv3649437[1]Présentation :

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions.
Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

Le film :


Mon avis :

Une collègue qui a des goûts de lectures similaires aux miens m’avait conseillé cette lecture il y a quelques mois de ça, en prenant soin de ne pas me spoiler l’intrigue, en me disant simplement qu’on était dérouté au début par le style d’écriture, sans me dire pourquoi. Malheureusement, avant de me lancer, je suis tombée sur la bande-annonce du film sorti entre temps et du coup j’ai su le pourquoi de cela. Je ne me suis pas découragée pour autant, mais pour « compenser » cet apport manqué, je me suis pris le livre en VO plutôt qu’en français. Ca fait toujours du bien !

Donc j’ai commencé cette lecture. Je peux d’abord dire que la lecture en Anglais est facile avec celui-ci. En effet (je peux le dire maintenant puisque tout le monde est au courant de l’histoire avec le film et le résumé), on est placé du point de vue de l’enfant. Le vocabulaire est donc facile et les phrases simples. Comme on me l’avait annoncé, on peut être dérouté par cette syntaxe mais je m’y suis faite et c’est très bien passé. De ce fait, j’ai été touchée par Jack, finalement plus que dans le film, où il m’est apparu un peu plus « tête à claque » (bien que ce soit totalement justifié au vu de ce qu’il vit, nous sommes d’accord). Ca ne m’avait pas fait cet effet dans ma lecture, durant laquelle j’ai davantage compatis à ses colères et ses peurs.

Sur le contenu, j’ai été complètement emballée, surtout par la première partie. J’aurais peut-être souhaité en apprendre plus sur la mère et sur Nick ; ça n’est pas très développé et c’est peut-être ce que j’attendais dans les parties suivantes. Mais c’est un choix qui se justifie, gardant le point de vue de Jack.

Le film est assez fidèle au livre, surtout pour ce qui correspond à cette même première partie. Ensuite, il y a plus de divergences entre livre et film, plus de changements, mais le fond reste identique et le contenu n’est donc pas dénaturé, ça ne m’a pas dérangée.

Et vous, vous avez lu le livre, vu le film ? Quels sont vos avis ?

Publicités

Preuves d’amour – Lisa Gardner

9782253092957-001-tPrésentation :

Tessa Leoni, officier de police respecté, a abattu son mari en lui tirant trois balles dans le corps avec son arme de service. Elle ne supportait plus la violence de ce dernier. C’est la version qu’elle donne à l’inspectrice D.D. Warren lorsque celle-ci arrive sur les lieux. Mais, si les bleus sur le visage de la jeune femme sont irréfutables, il y a une chose que D.D. Warren ne s’explique pas : sa petite fille de six ans a disparu, et Tessa reste évasive à ce sujet. Que cherche-t-elle à cacher ? Les deux femmes vont s’affronter pour une même cause : la survie de l’enfant.

Mon avis :

C’est le premier roman de l’auteur que je lis. Je me le suis procurée à la suite d’un avis que j’ai vu le concernant sur Youtube, mais je ne me souviens plus de qui était la vidéo.

On suit d’un côté Tessa Leoni, officier de police, qui semble filer un beau petit bonheur avec sa fille Sophie et son nouveau compagnon Brian. Mais très vite on comprend que ce bonheur apparent ne reflète pas exactement la réalité : Tessa est retrouvée couverte de bleus, son mari mort par les balles de son arme de service, et la petite Sophie a disparu. Les soupçons qui vont directement vers Tessa semble fondés, bien que les motifs évoluent de page en page, et notre suspicion avec eux.

De l’autre bord, nous avons les inspecteurs D.D. Warren et son acolyte de la police d’Etat, Bobby. J’ai bien aimé ce duo et ces deux personnages, bien qu’ils auraient pu à mon avis être un peu plus creusés. Ceci dit, ce roman s’inscrit apparemment dans une série les faisant revenir régulièrement ; on en apprend donc peut-être plus sur eux dans le reste de ces livres. Une petite incohérence m’a titillée, bien qu’elle ait été rapidement expliquée au début du roman, je crois, quant à la vie privée de D.D. et le fait qu’elle ne parle pas à son conjoint d’un sujet qu’elle doit aborder avec lui. A part cela, rien de mal.

Le dénouement est marqué par une accélération des faits et des clés que nous cherchions. Quelques ficelles apparaissent un peu facilement mais j’ai quand même beaucoup apprécié ce roman, dans toute sa durée. Je pense lire les autres romans de l’auteur quand l’occasion se présentera (mais il faut d’abord que je zigouille une bonne partie de ma PAL papier au moins).

Si je devais donner une note : bodypart_2eb4a972-2ad4-406c-9268-985d6d672e83