Satan était un ange – Karine Giebel

couv75368455Présentation :

Lorsque François apprend que sa tumeur est incurable et qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, il monte en voiture et erre sans destination. En chemin, il prend en auto-stop, un autre fuyard, Paul. En quelques jours, les deux hommes apprennent à se connaître et à profiter de la vie.

Mon avis :

J’ai passé un bon moment avec cette lecture qui m’a fait suivre deux personnages attachants : François, avocat qui fuit quand il apprend qu’il a une tumeur et qu’il ne lui reste que quelques semaines à vivre, et Paul, auto-stoppeur mystérieux, que l’on découvre peu à peu au fil de ce périple improbable. Les deux n’avaient que peu de chances de ce rencontrer et pourtant… Ils m’ont fait un peu penser au duo d’Intouchable dans leur relation, même si la problématique n’est pas tout à fait la même.

C’est un roman qui n’est pas aussi fort que d’autres roman de l’auteure (notamment Meurtres pour rédemption) mais j’ai trouvé ce road trip très intéressant à suivre, très plaisant aussi, qui fait parfois sourire et qui nous touche, malgré une intrigue en même temps prenante et à la fois dramatique.

Je l’ai lu d’une traite, durant une journée de vacances, voulant savoir ce qui allait arriver à nos deux bonhommes, tant dans le déroulement de l’action que dans leurs « recherches » personnelles.

Le style de Karine Giebel est toujours très à mon goût et j’ai hâte de continuer à la lire.

Il fuit, s’enfuit, laissant dans son rétroviseur un décor qui s’effondre, kilomètre après kilomètre. Ce décor qu’il avait patiemment construit pour y tourner le film de son existence. Ce décor qu’il pensait solide et qui pourtant s’écroule, tel un pitoyable château de cartes. Tout est si fragile. La vie surtout. Il vient à peine de le comprendre. Parce que bientôt, il sera mort.

Publicités