D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

vigan-renaudot-audiolibPrésentation :

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

PRIX RENAUDOT 2015

Mon avis :

J’ai découvert ce roman en livre audio et il m’a permis de passer agréablement mes trajets en voiture pendant plusieurs semaines, chaque fois avec hâte de connaître l’évolution des personnages que l’on suit.

Delphine, après le succès de son dernier livre, connaît une période creuse dans sa vie d’écrivain. Au cours de cette phase de relative fragilité, elle va rencontrer L. à l’occasion d’une soirée chez une amie. On se doute très vite que cette rencontre va avoir une mauvaise influence sur sa vie et on devine le côté pervers narcissique qui va se dessiner, le vampirisme de L. qui va totalement isoler l’auteure. J’ai trouvé que cela était très bien retranscrit tout au long de la lecture, avec l’évolution des doutes de Delphine et le changement de ses considérations vis à vis de L. L’aspect psychologique de l’intrigue m’a beaucoup plu et être à la frontière entre réalité et fiction, sur les différents plans de la lecture, des personnages, du roman lui-même, m’a vraiment accrochée.

J’ai beaucoup aimé écouter ce livre, tant sur son contenu que sur sa lecture en tant que telle (important pour un audiobook).

Le temps d’un ouragan – Nicholas Sparks

cvt_le-temps-dun-ouragan_2017Présentation :

Adrienne a un secret. Sans doute l’aurait-elle gardé pour elle, si sa fille n’avait plongé dans la dépression. Un soir, pour l’aider à revivre, elle prend la décision de tout lui raconter. Quatorze ans plus tôt, un matin d’hiver, Adrienne s’est rendue au bord de la mer, en Caroline du Nord, pour tenir le temps d’un week-end l’hôtel d’une amie absente. Mais soudain un ouragan se lève… Un hôte, heureusement, frappe à la porte: Paul, lui aussi au milieu de sa vie, lui aussi à la recherche de l’oubli. Trois jours et trois nuits, Adrienne et Paul sont prisonniers de la tempête. Trois jours pour voir naître et flamboyer un amour dont le souvenir restera à jamais gravé dans leur chair.

 Mon avis :

Me revoilà avec cet auteur que j’aime beaucoup et qui me fait chaque fois du bien. Ce livre-ci était sur ma liseuse depuis un certain temps et ne faisait pas partie de ceux qui m’attiraient le plus de l’auteur, mais étant à la recherche d’une petite lecture pour finir mon mois de janvier sans prise de tête, il tombait à pic.

Il ne fait pas partie de mes préférés de l’auteur mais j’ai passé tout de même un bon moment. On se retrouve avec deux étrangers qui se retrouvent coincés dans une auberge au bord de mer, le temps de quelques jours. Ils ne se connaissent pas et se retrouvent là un peu par hasard mais, on s’en doute, l’amour va naître entre eux bien rapidement.

C’est justement ce côté un peu trop rapide qui m’a un peu dérangée. Le livre est très court et l’histoire ne se passe que sur trois jours, et les choses vont donc bien vite. Après, cela ne m’a pas empêché de trouvé leur rencontre mignonne et d’être touchée par leur destin. Mais du coup, ayant eu moins de temps pour m’attacher à eux, forcément le ressenti, même s’il est là, est beaucoup moins fort que dans certains romans de l’auteur.

Une lecture agréable donc, mais qui ne fait pas autant d’effets qu’habituellement.

La bibliothèque des coeurs cabossés – Katarina Bivald

couv354982061Présentation :

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.
Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel…

Mon avis :

J’avais vu passé pas mal de critiques positives sur ce livre, mais sans pour autant avoir l’envie de me jeter dessus. Je suis donc passée de nombreuses fois devant sans l’acheter, et sans être plus tentée que cela. Mais quand j’ai vu cette nouvelle édition J’ai lu, en hardback, tellement belle, avec ses couleurs et ses pages à points, j’ai craqué.

On a là une histoire simple : on suit Sara qui se retrouve dans un village atypique (ou trop typique) des Etats-Unis, alors qu’elle y était invitée par son amie épistolaire, malheureusement décédée avant son arrivée. Leur lien s’était tissé par leur amour des livres et c’est cette même passion que va essayer de faire vivre Sara à Broken Wheel. Défi pas évident avec des habitants très ancré dans leurs habitudes et absolument non lecteurs. Mais, malgré les réticences, l’attachement de chacun va peu à172d6adb558159ce4939455c0b8be6d0 peu se développer. Tous les personnages ont leur petit quelque chose et c’est quelque chose que j’ai aimé dans cette lecture. Sara, qui vivait pour et par les livres uniquement (sentiment parfaitement retranscrit, au passage) va elle aussi évoluer au fil des pages.

J’ai un peu moins accroché à certaines relations entre les personnages, sans en dire trop, mais cela reste une excellent lecture, qui fait du bien, reposante et qui fait sourire. J’ai vraiment beaucoup aimé lire sur cet amour de la lecture et surtout sur les liens et les « pouvoirs » des livres, auxquels je crois fondamentalement.

A recommander en lecture-doudou aux lecteurs !


« […] les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes et le citer à tout bout de champ ? »

Tropique de la violence – Natacha APPANAH

arton8173

Présentation :

«Ne t’endors pas, ne te repose pas, ne ferme pas les yeux, ce n’est pas terminé. Ils te cherchent. Tu entends ce bruit, on dirait le roulement des barriques vides, on dirait le tonnerre en janvier mais tu te trompes si tu crois que c’est ça. Écoute mon pays qui gronde, écoute la colère qui rampe et qui rappe jusqu’à nous. Tu entends cette musique, tu sens la braise contre ton visage balafré? Ils viennent pour toi.»

« Tropique de la violence » est une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.

Mon avis :

Ce livre m’a été offert pour Noël, après que j’en ai parlé lors d’un passage en librairie comme j’en avais entendu parlé au moment de la rentrée littéraire de septembre.

Ce livre nous emmène à Mayotte, dont on sait la situation difficile. « On est en France, quand même », mais tellement loin du fonctionnement de la métropole, et avec des préoccupations qui font penser que nous sommes en territoire oublié.

On va suivre ici les récits de cinq personnages qui vivent sur l’île, au plus près de sa violence, chacun avec une place différente auprès d’elle. L’ensemble tourne globalement autour du personnage de Moïse, abandonné par sa mère lorsqu’il était bébé et qui a été recueilli et adopté par une femme blanche installée à Mayotte. Au moment de l’adolescence, il va se poser des questions sur son histoire. Mais un évènement dramatique va le faire revenir sur ce qu’il a pu penser et toucher au plus près à la violence de Gaza, un ghetto de l’île. Drogue, violence, sexe, meurtres… c’est un panel bien sombre et triste que nous touchons du doigt. Les questions de l’adolescence, de l’identité, sont aussi abordées.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, assez sombre et dure dans son contenu, qui fait prendre conscience de situations qui nous sont bien éloignées, et dont on n’entend pas assez parlé, alors même que cela se déroule en territoire français, même si c’est au plein coeur de l’océan Indien.

f5c8079fcec5650970343f3496aab109

Si le sujet vous intéresse, foncez.

Les quatre saisons de l’été – Grégoire Delacourt

couv48515583Présentation :

Lors de l’été 1999, au Touquet, quatre couples d’âges divers se croisent furtivement sur la plage, parmi les touristes. Adolescents, trentenaires, quinquagénaires ou septuagénaires, ces amoureux se renvoient différentes images du couple, s’influencent, s’envient, s’inspirent, etc.

Mon avis :

De l’auteur, je n’avais lu jusque là que La liste de mes envies. Lecture que j’avais apprécié, mais qui ne me laisse finalement pas un grand souvenir. Quand je suis passée devant ce livre-ci, je me suis souvenu avoir vu plusieurs avis très positifs ; puis il était court, donc sans grande incidence sur ma PAL que je n’arrive pas à faire descendre (en partie parce qu’elle est engorgée de livres qui ne me font plus envie…). C’était l’occasion.

En effet, il n’est pas resté longtemps à attendre puisque je l’ai lu samedi, en une demi-journée. Et en plus, avec un avis très positif, ce qui ne gâche rien.

Je me suis retrouvée non pas directement dans un personnage complètement, mais dans beaucoup d’aspects d’un, puis d’un autre, et d’un troisième. Bref, je les ai tous plus ou moins compris, et j’ai ressentie une grande empathie pour tous, avec leurs visio-ns de l’amour différentes, leur expérience sur le sujet, les difficultés qu’ils rencontrent, les bonheurs qu’ils retirent…

Le lien entre les quatre est subtile ; cela aussi m’a bien plu.

L’écriture, elle, m’a beaucoup touchée. C’est très délicat, très bien écrit, poétique sans être trop fleuri… Ca m’a rendu la lecture très agréable.

J’ai beaucoup aimé ce court roman et le conseille en cette fin d’été qui s’approche.

le-touquet-piscine-touquet-herve-tavernier-calais-blog

La vie est facile, ne t’inquiète pas – Agnès Martin-Lugand

couv50125474 Présentation :

Depuis un an que Diane est rentrée d’Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire.

Mon avis :

logo-coup-de-coeur1869nor

J’avais adoré le premier tome des aventures de Diane en Irlande. Et bien, j’ai encore plus aimé cette suite, qui m’a vraiment remuée à plusieurs reprise.

J’ai adoré retrouvé les personnages que nous avons déjà rencontré auparavant. Diane qui se reprend en main, Félix qui est toujours aussi déluré, leur café littéraire…. Bien qu’il ne soit pas facile de se reconstruire, Diane y met du coeur et s’en sort bien. Mais tout ne peut pas rester facile, évidemment. Elle va être confrontée à de nouveaux sentiments ; à d’anciens aussi.

Je ne peux pas en dire beaucoup plus sur un livre qui ne fait pas beaucoup de page, comme celui-ci, au risque d’en dire trop. Mais je le conseille à 200%, avec une petite boîte de mouchoirs non loin ^^.

Je vais me procurer au plus tôt les autres livres de l’auteure, dont j’adore l’écriture, en simplicité mais tellement juste, tellement touchante. N’hésitez pas une seconde !!