La bibliothèque des coeurs cabossés – Katarina Bivald

couv354982061Présentation :

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.
Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel…

Mon avis :

J’avais vu passé pas mal de critiques positives sur ce livre, mais sans pour autant avoir l’envie de me jeter dessus. Je suis donc passée de nombreuses fois devant sans l’acheter, et sans être plus tentée que cela. Mais quand j’ai vu cette nouvelle édition J’ai lu, en hardback, tellement belle, avec ses couleurs et ses pages à points, j’ai craqué.

On a là une histoire simple : on suit Sara qui se retrouve dans un village atypique (ou trop typique) des Etats-Unis, alors qu’elle y était invitée par son amie épistolaire, malheureusement décédée avant son arrivée. Leur lien s’était tissé par leur amour des livres et c’est cette même passion que va essayer de faire vivre Sara à Broken Wheel. Défi pas évident avec des habitants très ancré dans leurs habitudes et absolument non lecteurs. Mais, malgré les réticences, l’attachement de chacun va peu à172d6adb558159ce4939455c0b8be6d0 peu se développer. Tous les personnages ont leur petit quelque chose et c’est quelque chose que j’ai aimé dans cette lecture. Sara, qui vivait pour et par les livres uniquement (sentiment parfaitement retranscrit, au passage) va elle aussi évoluer au fil des pages.

J’ai un peu moins accroché à certaines relations entre les personnages, sans en dire trop, mais cela reste une excellent lecture, qui fait du bien, reposante et qui fait sourire. J’ai vraiment beaucoup aimé lire sur cet amour de la lecture et surtout sur les liens et les « pouvoirs » des livres, auxquels je crois fondamentalement.

A recommander en lecture-doudou aux lecteurs !


« […] les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes et le citer à tout bout de champ ? »

Publicités

Tout pour plaire – Ingrid DESJOURS

couv19681355Présentation :

Rien n’est plus suspect qu’une personne qui a tout pour plaire.
Voila, vous y êtes. Arrivés au point de rupture.
Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu’une belle et brillante jeune femme n’a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ca, sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu’un séducteur avide de pouvoir n’a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques.
Oui les ragots vont bon train.
Alors quand s’installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s’échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n’arrange rien.
Bien au contraire.
Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d’un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus.
Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture…

Mon avis :

Déborah est une belle jeune femme mariée à David, homme sûr de lui et qui connaît une réussite professionnelle accomplie. Toutefois, les apparences ne sont-elles pas trompeuses ? Leur voisine notamment, pense que Déborah est battue par son mari. Il y a de quoi déjà nous mettre le doute.

Puis débarque Nicolas, le frère de David, avec sa petite fille, qui vont loger quelques temps chez le couple car sa femme a disparu. Là encore, beaucoup de questions : est-il responsable ? pourquoi revient-il après des années de silence ? que cherche-t-il ?

La cohabitation, ainsi que l’enquête, vont dévoiler des éléments peu à peu, semer le doute sur l’un puis sur l’autre des personnages au fil des pages.

J’ai beaucoup aimé cette lecture axée sur la psychologie des personnages. C’est vraiment ce que je préfère dans les thrillers. Ici, nous balançons un coup vers l’un, un coup vers l’autre, sans vraiment parvenir à se fixer sur la culpabilité ou l’innocence de chacun. On s’attache puis on hait tour à tour. J’ai trouvé l’ensemble équilibré jusqu’au bout et je me suis laissée promener par ce thriller.

J’accroche bien à cette auteure, dont j’avais déjà lu Sa vie dans les yeux d’une poupée et Les fauves, que j’avais tous deux très appréciés. Je continuerai à découvrir ses écrits.

Tropique de la violence – Natacha APPANAH

arton8173

Présentation :

«Ne t’endors pas, ne te repose pas, ne ferme pas les yeux, ce n’est pas terminé. Ils te cherchent. Tu entends ce bruit, on dirait le roulement des barriques vides, on dirait le tonnerre en janvier mais tu te trompes si tu crois que c’est ça. Écoute mon pays qui gronde, écoute la colère qui rampe et qui rappe jusqu’à nous. Tu entends cette musique, tu sens la braise contre ton visage balafré? Ils viennent pour toi.»

« Tropique de la violence » est une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.

Mon avis :

Ce livre m’a été offert pour Noël, après que j’en ai parlé lors d’un passage en librairie comme j’en avais entendu parlé au moment de la rentrée littéraire de septembre.

Ce livre nous emmène à Mayotte, dont on sait la situation difficile. « On est en France, quand même », mais tellement loin du fonctionnement de la métropole, et avec des préoccupations qui font penser que nous sommes en territoire oublié.

On va suivre ici les récits de cinq personnages qui vivent sur l’île, au plus près de sa violence, chacun avec une place différente auprès d’elle. L’ensemble tourne globalement autour du personnage de Moïse, abandonné par sa mère lorsqu’il était bébé et qui a été recueilli et adopté par une femme blanche installée à Mayotte. Au moment de l’adolescence, il va se poser des questions sur son histoire. Mais un évènement dramatique va le faire revenir sur ce qu’il a pu penser et toucher au plus près à la violence de Gaza, un ghetto de l’île. Drogue, violence, sexe, meurtres… c’est un panel bien sombre et triste que nous touchons du doigt. Les questions de l’adolescence, de l’identité, sont aussi abordées.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, assez sombre et dure dans son contenu, qui fait prendre conscience de situations qui nous sont bien éloignées, et dont on n’entend pas assez parlé, alors même que cela se déroule en territoire français, même si c’est au plein coeur de l’océan Indien.

f5c8079fcec5650970343f3496aab109

Si le sujet vous intéresse, foncez.

Retour de vacances et bonnes résolutions

7177c7585f990c123f4b3d8b0200a43f1

Tout d’abord, et sans surprise, je vous souhaite à tous une excellente nouvelle année, et vous présente mes meilleurs voeux dans tous les domaines qui vous touchent.

Je vous remercie d’être encore ici pour ce passage de cap et espère vous voir encore nombreux à suivre mes articles sur ce blog que j’ai un peu délaissé dernièrement. Mais cela fait partie de mes bonnes résolutions : reprendre le rythme. Car cela me manque, aussi.

La fin d’année a été pas mal consacrée à la mise en place de l’organisation de mon bullet journal (qui aidera sûrement pour reprendre l’envie d’écrire ici aussi), mais surtout par un déménagement qui s’est fait rapidement, puis dans l’engrenage des fêtes de fin d’année, Marseille, Orléans, Amsterdam… Pour arriver aujourd’hui jusqu’au retour au travail et à la petite routine.

Pour un avant-goût des prochains articles : je vous parle bientôt de notre séjour à Amsterdam, gros coup de coeur de notre fin d’année, et, côté lecture, de ma relecture du Journal d’Anne Frank pour l’occasion, ainsi que de Tropique de la violence que je suis en train de lire.

Au passage, et parce que cela jouera sûrement sur mon année livresque, notre déménagement a été l’occasion de la prise de conscience que nous avons trop de livres à la maison, dont la plupart ne seront pas relus… Alors j’aime l’idée qu’ils peuvent plaire à d’autres, que je peux les prêter, et surtout les faire découvrir à nos futurs petits, mais n’est-ce pas surtout le cas de ceux qui me donnent envie d’être relus, ou du moins qui m’ont marquée. Alors oui, ça va être dur, mais je vais essayer d’acheter moins de livres papier, opter plus so2da546a3a7a41ea5f5082fa5a6df677cuvent pour du numérique, sauf éditions spéciales, auteurs chouchous, coups de coeur… Je vais aussi me réinscrire à la médiathèque. Et, j’ai déjà commencé, mettre en vente les livres qui ne me transportent pas à leur lecture (pour l’instant sur Priceminister, mais je vais aussi opter pour Leboncoin et peut-être occasionellement sur FB ou Instagram). Je garde ma résolution de faire une relecture par mois, en ce sens, et même si ma PAL fait plus que déborder.

Voilà pour aujourd’hui. A bientôt donc, sans doute pour un petit bout de notre escapade au coeur de la belle Amsterdam.

pays-bas-gifs-animes-454930